Programme Trans'Europe Centre - Amsterdam 2016

TEC 2016 - Retour
TEC 2016 - Retour

Retour prévu ce soir, dommage !   Hallo Vrienden !   Reporters du jour : Laurence et Jérôme qui vont vous...

» En savoir plus
TEC 2016 - lundi 7 novembre
TEC 2016 - lundi 7 novembre

 Programme du jour Matin: randonnée urbaine au Vondelpark AM : quartier Rouge en visite...

» En savoir plus
TEC 2016 - dimanche 6 novembre
TEC 2016 - dimanche 6 novembre

  Programme du jour  Matin: Marché aux fleurs APM : Découverte de la ville en bateau sur les...

» En savoir plus
TEC 2016 - samedi 5 novembre
TEC 2016 - samedi 5 novembre

Programme du jour Matin : Musée Van Gogh (audio guide) APM : Quartier libre   GOEDEMORGEN ! Rendez-vous en direct de la...

» En savoir plus
TEC 2016 - vendredi 4 novembre
TEC 2016 - vendredi 4 novembre

  GOEDEMORGEN ! Troisième jour de dépaysement au pays des tulipes. Nous poursuivons notre découverte au travers...

» En savoir plus
TEC 2016 - Jeudi 3 novembre
TEC 2016 - Jeudi 3 novembre

  GOEDEMORGEN ! Bonjour ! Aujourd’hui nous allons découvrir sur les pas de nos reporters une ville moderne aux...

» En savoir plus
TEC 2016 - Mercredi 2 novembre
TEC 2016 - Mercredi 2 novembre

Programme du jour Voyage aller en avion – Vol Transavia TO 3050Départ de Paris Orly Sud : 06 h45Arrivée Amsterdam Schiphol : 08...

» En savoir plus
TEC 2016 - Départ
TEC 2016 - Départ

  Attention au départ ! Les apprentis et leurs accompagnateurs se sont donnés rendez-vous au CFA cette nuit, pour prendre...

» En savoir plus

L’actu des T ARCU et T SPVL

Bonjour à tous ! Voilà le TEC n’est pas fini…

Notre aventure professionnelle nous a conduit le 17 novembre, en plein Orléans afin d’en apprécier l’accessibilité culturelle. Cette découverte a été orchestrée par Morgane Blin, apprentie en deuxième année de BTS Tourisme qui nous a préparé le circuit que vous allez découvrir dans cette page d’Actu.

Le groupe de TARCU et TSPVL avec leurs formateurs…

Pas vraiment au complet, mais toujours de bonne humeur !

 

Que nous avait concocté Morgane pour ce circuit ? Si vous poursuivez la lecture de ce blog vous n’allez pas tarder à le découvrir…

Tout d’abord visite du Musée des Beaux-Arts d’Orléans.

 

Nous avons été accueillis par Madame Aurélie Bonnet-Chavigny, Responsable du service des publics des musées d’Orléans qui nous a présenté les aménagements du musée.

 

 

Coïncidence de planning, nos apprentis ont pu également rencontrer une médiatrice qui accueillait un groupe d’enfants en situation de handicap mental et découvrir ainsi le travail qu’elle réalise pour ce jeune public.

 

 

Ensuite direction la Cathédrale Sainte Croix.

 

 

Après une présentation de la Cathédrale Sainte Croix, et du rempart, Morgane a attiré notre attention sur les aménagements en braille et sur la rampe d’accès face au musée des Beaux-Arts.

 

 

 

 

 

 

Notre guide nous conduit ensuite vers l’Hôtel Groslot pour découvrir son histoire ainsi que les aménagements réalisés.

 

 

Pour clore notre visite professionnelle, notre guide nous a conduit vers le quartier ancien et enfin la médiathèque.

 

 

Voilà c’est fini ! Merci à Morgane pour cette découverte orléanaise permettant à nos apprentis de découvrir non seulement le patrimoine mais aussi les aménagements réalisés dans le cadre de l’accessibilité culturelle.

Le mercredi 4 mai 2016, dans le cadre du Trans Europe Centre, immersion.

Nos apprentis découvrent le handicap autrement. Au-delà des mots, le sport réunit et permet une appréhension du handicap dans sa globalité.

Une rencontre riche humainement qui bouscule, déstabilise et permet de s'affranchir de ses craintes.

Première étape : Destination la salle de sport à Orléans la Source.

Nous avons été accueillis par Mathieu Fouquenet, Délégué handisport du Loiret, Responsable des animations-sensibilisation au Comité départemental handisport du Loiret.

Mathieu se présente, son rôle, son travail et parle également de son handicap.

Nos apprentis vont ensuite découvrir et participer à une séance de Handibasket.

Le basket-ball en fauteuil roulant (ou basket fauteuil) appelé de nos jours plus couramment Handibasket, fut conçu à l’origine comme activité de rééducation destinée aux anciens soldats souffrant de lésions de la moelle épinière au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale.

La première rencontre a lieu en 1946 avant que la pratique ne s’étende à différentes catégories d’athlètes en fauteuil roulant.

Deuxième étape : Découverte des fauteuils

Après avoir sortie le matériels de la réserve, il faut monter les fauteuils.

Petit point technique : Mathieu Fouquenet présente et explique la spécificté des fauteuils pour le handibasket.

Le fauteuil est considéré comme une partie intégrante du joueur.

 

Il est composé d’un cadre rigide et possède 3 ou 4 roues avec une hauteur d'assise et de cale pieds réglementée. Il dispose d’une roue arrière anti-bascule (elle empêche les joueurs de basculer en arrière pendant qu'ils exécutent les mouvements de poussée, de tir ou de passe).

Les joueurs peuvent à l'aide de sangles se fixer le corps et les jambes au fauteuil roulant.

Les prothèses peuvent être portées. Les joueurs sont libres d'avoir les pieds maintenus par un élastique ou une bande de velcro.

Troisième étape : Prise en main

Pour la première fois, nos apprentis découvrent le handicap autrement. S’assoir dans un fauteuil bouleverse… Même si tout le monde se prête à l’activité.

Ensuite, il faut apprendre non seulement à utiliser le fauteuil mais également les règles spécifiques au handibasket.

Les règles du handibasket  en bref…

Le basket-ball en fauteuil roulant voit s’affronter deux équipes de cinq joueurs. Le principe est le même que pour le basket-ball classique, la taille du parquet et la hauteur du panier restant les mêmes, tandis que les règles du jeu ne sont que très légèrement adaptées.

Les joueurs déplacent le ballon sur le parquet par des passes ou des dribbles. Ils doivent passer ou faire rebondir le ballon par terre toutes les deux poussées de roues afin d’éviter d’être sanctionné pour un « marcher ».

À l’instar du basket-ball traditionnel, un lancer franc donne droit à un point, un panier offre deux points, et trois points sont accordés à tout panier marqué au-delà de la ligne des trois points.

  • Le dribble : Pour se déplacer avec le ballon sur le terrain, le joueur doit dribbler, c'est-à-dire faire rebondir le ballon au sol avec une seule main. Il peut cependant la reposer sur ses cuisses et effectuer deux poussées pour progresser sur le terrain. La reprise de dribble n'existe pas au basket fauteuil.
  • Le marcher : Pour progresser avec le ballon dans n'importe quelle direction, le joueur ne peut effectuer plus de deux poussées de roues lorsqu'il détient le ballon sur ses cuisses. Un joueur qui reçoit le ballon à l'arrêt peut faire une passe, tenter un tir, faire un pivot et UNE poussée.

Trois poussées sur les roues de son fauteuil roulant, y compris les mouvements de pivot constituent une violation.

Un joueur est considéré comme étant hors des limites du terrain si lui ou une partie de son fauteuil roulant est en contact avec le sol à l'extérieur du terrain. Le dernier joueur ayant touché le ballon avant qu'il ne sorte du terrain est considéré comme étant responsable du ballon hors-jeu. Cependant, si un joueur délibérément lance le ballon sur un adversaire, il commet une violation et le ballon sera remis à l'adversaire par une remise en jeu.

  

Etape suivante :

Découvrir les règles du handibasket, n’est pas l’objectif principal de cette sortie pédagogique, l’essentiel se trouve dans le partage de cette activité sportive avec un groupe de jeunes de l’IMPRO : l’Institut Médico-Professionnel La Couronnerie.

Alors que les jeunes continuent d’apprendre les règles du handibasket, c’est aussi le moment d’échanges entre nos apprenties Camille, Elodie, Marine, Denis et Julie. L’occasion de se rendre compte que les craintes génèrent les barrières et les incompréhensions.

Puis enfin un match…

Mathieu Fouquenet met en place rapidement de petits matches afin que tous puissent participer y compris les formateurs. Ce qu’il y a de fantastique : un réel moment de partage !

Evidemment, les règles nous ne les avons pas forcément bien appliquées… Nous avons tous fait de notre mieux… Et surtout par expérience nous pouvons dire que ce n’est pas aussi facile qu’il y parait…

La photo délire !

Merci à tous pour ce formidable moment !

Merci à Françoise, kinésithérapeute et photographe d’un jour, Simon, éducateur Spé.

Avant de partir petit débriefing et retour au CFA de l’agglo.

Sans oublier Alex Le Guern, étudiant à ITECOM Art Design Paris.

Découverte du  rôle de la Sous-Commission d’Accessibilité à la Direction Départementale des Territoires (DDT) du Loiret

 

Le mercredi 23 mars 2016, dans le cadre du projet « Se reconnaître acteur de l’accessibilité culturelle pour les personnes en situation de handicap », les apprentis découvrent le rôle de la Sous-Commission d’Accessibilité à la Direction Départementale des Territoires (DDT) du Loiret.


 

 

Nous avons été reçus par :

  Monsieur Dardenne, Président de la Sous-Commission Départementale d’Accessibilité

  Madame Broustal, son assistante

 

 

 

Après un rappel de la Loi de 2005…

 

… présentation de la SCDA. Nos apprentis ont échangé avec monsieur Dardenne en se référant notamment à l’accessibilité de leurs propres ERP (Etablissement recevant du public) qui a été suivie d’une visite de l’établissement pour découvrir les aménagements réalisés dans la DDT.


 

 

Cette première sortie pédagogique a été une réussite non seulement grâce à Monsieur Dardenne et à Madame Broustal mais aussi grâce au professionnalisme dont ont su faire preuve nos apprentis.

 

 

Dans le cadre du thème retenu pour le TEC 2016 « Se reconnaître comme acteur de l’accessibilité culturelle pour les personnes en situation de handicap », grâce au Mod'J Éco-projets financé par le Conseil Départemental, les apprentis de T ARCU et SPVL ont reçu une formation à la Langue des signes réalisée par Monsieur Gabriel MARTIAL, formateur et interprète du "Centre de formation Aptitude et ressource" (​11/13 rue de l’Escaut 75019 Paris).


Découverte de l’alphabet…

Les apprentis et leur formatrice ont ensuite réalisé des jeux de rôle : accueil, prise de rendez-vous… ils ont découvert ainsi toutes les règles et subtilités de cette langue.

Visite de la galerie tactile du Louvre

 

Dans le cadre du thème retenu pour le TEC 2016 « Se reconnaître comme acteur de l’accessibilité culturelle pour les personnes en situation de handicap », les apprentis de P ARCU et SPVL ont pu visiter la Galerie tactile du musée du Louvre le 20 juin 2016.


Départ à 9 heures Gare d’Orléans arrivée Austerlitz et tout cela sous la pluie… Un avant-goût d’Amsterdam ?

 

La galerie tactile du musée propose des présentations thématiques de moulages d’œuvres du musée destinés à être touchés par les non-voyants, les malvoyants, les  enfants ou les visiteurs qui souhaitent faire l’expérience de la perception tactile.

 

 

Après un périple sous la pluie, nous sommes enfin arrivés au Louvre où nous devions retrouver à l’accueil groupe, situé sous la pyramide, notre guide, Elise Maillard, Chef du service communication numérique qui a participé à la réalisation du film de présentation de cette galerie.

 

L’espace tactile a été ouvert en 1995. Le thème sélectionné pour la période 2014-2017 est celui du corps nu et du corps habillé. L’exposition, intitulée « Sculpter le corps », comprend 18 moulages représentant la diversité de la collection de sculpture du musée, de l’Antiquité aux temps modernes.

Présentation de la Galerie par Elise Maillard.

Cette visite nous a permis de découvrir les modes de compensation utilisés pour découvrir les œuvres.

Les aides à la visite sur place

Dès l’entrée de la galerie, un plan tactile permet d’envisager la superficie du lieu et la disposition des œuvres.

 

La galerie privilégie une présentation continue des œuvres avec une main courante, doublée d’une bande podotactile qui guide le visiteur d’œuvres en œuvres, de façon autonome, tout au long du parcours.

Les aires podotactiles aux matériaux et couleurs contrastées signalent au visiteur les œuvres de plain-pied au centre de la galerie.

La découverte des œuvres en trois dimensions supposant une approche corporelle, des socles tournants sont installés sur les consoles, pour les petits formats, tandis que les grands formats sont exposés au centre de la galerie pour en faire le tour.

Les moulages, en plâtre ou en résine, sont accompagnés d’un échantillon du matériau de la sculpture originale permettant au visiteur d’appréhender le travail du sculpteur sur la matière, ainsi que de cartels en braille et gros caractères.

 

Le braille est omniprésent dans la galerie et ce dès son entrée.

Voici un bref aperçu de la Galerie tactile du Louvre.

Mais venir au Louvre c’est également l’occasion pour nos apprentis de découvrir d’autres œuvres.

Voici donc un pèle mêle …

                                     

Voilà l’aventure parisienne est terminée…..

Que retenir :

-          des apprentis très « cools » qui ont su braver la pluie avec le sourire

-          des collègues qui ont assuré (oui oui elles aussi en dépit de la pluie…)

-          DONC une excellente journée !

Et surtout « une bonne préparation pour notre aventure européenne » !