Imprimer

 

GOEDEMORGEN ! Bonjour !

Aujourd’hui nous allons découvrir sur les pas de nos reporters une ville moderne aux multiples visages mais aussi une ville attachée à son histoire, attachée à la Liberté. Alors suivons Manon, Océane, Luna et Océane, qui nous proposent leur perception d’Amsterdam.

 

Première étape, planification de la visite du quartier Zeeburg à la Gare Centraal.

 

Ancien quartier portuaire d’Amsterdam transformé en quartier résidentiel, ce mini centre culturel du XXI siècle est un musée d’architecture contemporaine en plein air offrants à leurs habitants un mode de vie qui se veut idéal. En effet, les architectes y ont construits des immeubles aux formes insolites, voire improbables, imaginant des variantes de la maison de canal traditionnelle, sculptant dans le béton et dans l’acier de véritables œuvres d’art modernes…Difficile d’imaginer qu’avant il n’y avait que eau et marais…

 

 

Ce qui marque c’est l’absence de volets aux fenêtres, de rideaux, les amstellodamois (de la rivière Amstel – merci monsieur Galliché ! ) ne se cachent pas de leurs voisins…

 

 

Des photos on pourrait vous en mettre des tas…mais voilà il faut garder de la place pour la découverte du Amsterdam muséum, il ne suffit pas d’idéaliser son mode de vie il faut comprendre pourquoi les amstellodamois et amstellodamoises sont aussi libres.

 

 

 

 

 

Situé à deux pas du Begijnhof, le musée historique d'Amsterdam retrace l'évolution de la ville depuis sa construction au 12ème siècle et témoignent des siècles qui séparent la cité médiévale de l'Amsterdam cosmopolite d'aujourd'hui.

Aménagé en 1975 dans un orphelinat datant du 16ème siècle, il se compose de plusieurs corps de bâtiments et cours intérieures, chaque espace correspondant à une période clé de l'histoire de la ville.

Bien que musée traditionnel d’histoire, nous nous sommes amusées ! Madame Henault l’histoire vue de comme ça c’est génial ! Nous avons adoré toucher à tout, découvrir et essayer les choses.

Mais ce que nous retenons surtout de cette visite, c’est l’impact de la seconde guerre mondiale et le sort réservé aux Juifs,et le vent de liberté des années soixante à nos jours…

Nous découvrons que l’administration amstellodamoise a volontairement participé à l’exécution de 60 000 personnes et ce mur en rassemble tous les noms.

Et puis vient la liberté…

Ce qui nous a touché, c’est que dans ce musée le mariage homosexuel est un fait historique.

Amsterdam a célébré le premier mariage homosexuel le 1er avril 2001 (First Gay and Lesbian marriage in the world).

Mais nous n’avons pas oublié l’un des objectifs de notre visite : l’accessibilité culturelle. Ce que l’on remarque surtout, c’est que le musée à intégrer le handicap moteur et utilise les mêmes modes de compensation que le Rijkmuséum mais nous n’avons rien trouvé pour les personnes déficientes visuelles.