interview de Benoît colin et christel devisme, employeur et tutrice de noémie, apprentie en titre pro advf

À Domicile 45 est une association loi 1901 à but non lucratif, qui existe depuis 1944 et qui intervient sur tout le Loiret grâce à ses quatre antennes : Orléans, Châteauneuf-sur-Loire, Montargis et Gien.
L’objet de notre association est d’intervenir auprès de tous les publics : personnes âgées, personnes dépendantes mais aussi les familles qui ont des difficultés (grossesses, naissances, problèmes de santé…).
Nous intervenons sur tout ce qui concerne le domicile : le quotidien, la prise en charge des enfants, les courses, l’hygiène, l’entretien du logement ou encore l’entretien du linge.

benoît colin, directeur d'à domicile 45

Pourquoi avez-vous recruté un apprenti ?

Nous avons recruté quatre personnes en contrat d’apprentissage sur la formation Assistant de Vie aux Familles : nous considérons que l’apprentissage est une voie de recrutement complémentaire à celles que nous utilisons déjà.
De plus, pouvoir bénéficier d’une formation par apprentissage et dédiée au métier d’assistant de vie est un vrai plus pour notre secteur d’activité.
Cette formation par apprentissage est ouvert aux jeunes dès 18 ans, en cours de qualification ce qui nous permet de former nos futurs professionnels. Cela s’inscrit dans une gestion des effectifs : GPEC.
L’apprentissage nous permet également de répondre à une stratégie de développement. En effet, le contrat dure un an, ce qui nous laisse le temps de développer notre activité progressivement, monter crescendo sans prendre de risque. L’objectif est de pouvoir développer notre activité pour proposer à la suite un poste en CDI à nos apprentis.
Grâce au rythme d'alternance proposé (4 jours en entreprise, 1 jour au CFA) nous pouvons anticiper et absorber les pics d’activité ou les absences de nos collaborateurs.

Quel a été l'élément déclencheur du recrutement ?

L’élément déclencheur, pour une association comme la nôtre, a été les aides de l’Etat : grâce à cette aide exceptionnelle, la prise de risque est minime car elle couvre une partie conséquente du salaire de l’apprenti.e. 
Concernant le recrutement de Noémie, j’ai senti qu’elle a de vraies aptitudes relationnelles, elle a envie et va facilement vers les personnes. C'est très important dans notre activité qui est un métier de relations humaines.

Quelle est la philosophie de votre entreprise en matière de formation des apprentis ?

Notre association est engagée en matière de formation dans sa globalité. Malgré le manque de moyens dans l’aide à domicile il nous reste la formation, la montée en compétences à proposer à nos équipes. C'est très important pour nous.
Le secteur de l’aide à la personne déplore régulièrement des difficultés de recrutement et un manque accru de personnel. Je pense que la formation est en partie, une réponse à ce déficit. Nous devons agir et rendre attractifs nos métiers.

Aviez-vous des craintes, des inquiétudes avant de vous lancer dans cette expérience ?

Non car chaque recrutement a sa part de risque quelle que soit sa forme. La seule inquiétude c’est la « jeunesse » que peuvent avoir les candidats qui souhaitent se former par apprentissage. Mais il faut savoir dépasser les a priori, et cela, pour tous les profils, tous les publics et tous les âges.
Nous souhaitons recevoir les personnes telles qu’elles sont et s’il y a des difficultés nous sommes aussi là pour les accompagner, les encadrer et leur permettre d’évoluer.

Avez-vous été accompagné par le CFA dans votre projet de recrutement par apprentissage ?

Oui je me souviens des premières réunions au CFA avec plusieurs entreprises d’aide à domicile afin de nous présenter la formation. Au cours de ces réunions, nous nous sommes sentis écoutées par le CFA.
Une aide au recrutement nous a été proposée par l'établissement et nous a permis de concrétiser notre projet de recrutement plus facilement en recrutant quatre apprenties.
Nous avons pu mesurer que le CFA Orléans Métropole a une très bonne connaissance du public jeune et qu'il a accès à des réseaux de recherches de candidats dont les entreprises n'ont pas forcément connaissance. Nous avons vu aussi que chaque candidat a été rencontré en amont par le CFA pour lui présenter la formation, l’apprentissage, le métier et ses aléas. Cela s’est senti lors des entretiens.

Comment s’est passé l’intégration de votre apprenti dans votre entreprise ?

Nous avons réalisé des formations pour nos futures tutrices dans le but de bien accompagner les apprenties mais aussi les stagiaires et les nouveaux salariés.
Nous n’avions, en revanche, pas organisé de choses particulières pour l’arrivée des apprenties, c’est une chose sur laquelle nous devons travailler, c’est certain. L’expérience nous permet de progresser.

Pouvez-vous énumérez les avantages, selon vous, de recruter par apprentissage ?

Il y en a beaucoup mais je vois surtout le fait d’avoir dans une équipe des personnes plus jeunes, car nos équipes sont essentiellement composées de personnes qui ont entre 45 à 60 ans, voire plus.
Les apprenties rajeunissent, redynamisent nos équipes, donnent un autre regard et un point de vue différent. Les bénéficiaires sont également ravis de voir des jeunes. Je vois aussi l’avantage de pouvoir travailler sur l’avenir de notre structure : je sais que les personnes que je forme en ce moment seront certainement de futurs salariés après l'obtention de leurs diplômes..

christel devisme, tutrice de noémie

Comment êtes-vous devenu la tutrice de Noémie ?

Lors du démarrage de ce projet, la direction est venue me proposer de devenir tutrice d’une personne en contrat d’apprentissage, je n’ai pas hésité à accepter !

Comment vivez-vous votre rôle de tutrice ? Est-ce valorisant pour vous de transmettre à une apprentie ?

Je suis ravie de pouvoir accompagner Noémie, elle nous apporte du nouveau. En effet, cela fait 14 ans que je fais ce métier et je me rends compte qu’elle m’apprend de nouvelles choses vues en formation au CFA : les méthodes ont évolué dans notre métier, notamment par rapport à l’alimentation, l’hygiène ou encore les techniques de nettoyage.
Je trouve qu’il est valorisant d’accompagner une personne. Je suis fière de moi car je sais que Noémie réussit bien pour le moment. Je serais encore plus fière si Noémie valide son diplôme et qu’elle soit recrutée, mais je ne m’inquiète pas pour elle.

Quelles sont les qualités et compétences pour être un bon tuteur ?

Avant l’arrivée de Noémie, j’ai pu participer à une formation de tuteur. Celle-ci m’a donné de bonnes bases pour débuter mon accompagnement. Il y a aussi des compétences naturelles qu’il faut avoir comme la capacité d’écoute, la patience, savoir s’organiser, savoir expliquer et détailler les gestes.

"Très sincèrement, c’est une expérience extraordinaire, je n’ai pas de mot. Etre sur le terrain il n’y a rien de mieux pour connaitre son métier."

Le parcours de Noémie, l'apprentie de Christel :

Après avoir obtenu un CAP Agent de propreté et d’entretien, j'ai travaillé dans un hôtel 5 étoiles. J'ai ensuite eu l'opportunité de travailler avec une entreprise de garde d’enfants. Puis j’ai trouvé la formation Assistant de Vie aux Familles du CFA Orléans Métropole qui me correspond parfaitement car j’aime travailler avec les gens, avoir du contact, me sentir utile et surtout pouvoir apporter de l’aide. Il est vrai que je suis moi-même en situation de handicap mais je suis autonome, je peux travailler et mon handicap ne se voit pas. Je souhaite aider des personnes dans la même situation que moi mais qui ont moins de chance et plus de difficultés. De plus j’ai besoin de bouger, je n’arrive plus à rester des heures assise sur une chaise à écouter un cours, sauf les jours au CFA, mais les cours sont concrets et nous avons les plateaux techniques qui nous permettent de manipuler, d’être dans le concret une nouvelle fois ! Le métier d’assistant de vie aux familles est un métier de terrain. Je ne vois pas comment apprendre ce métier sans être dans l’action. Aussi, à l'avenir, j'aimerais travailler avec des enfants en situation de handicap. C'est mon projet depuis toujours et je me dis que la formation et mon expérience dans mon entreprise vont certainement me permettre de concrétiser ce beau projet. À domicile 45 propose justement des accompagnements spécifiques pour les familles qui ont des enfants qui nécessitent un accompagnement particulier. Je souhaite donc monter en compétence pour pouvoir travailler avec ces familles-là.
Très sincèrement, c’est une expérience extraordinaire, je n’ai pas de mot. Etre sur le terrain il n’y a rien de mieux pour connaitre son métier.

CFA ORLEANS METROPOLE Campus des Métiers 9 rue du Onze Novembre 45000 ORLEANS Contactez-nous Tél : 02 38 83 81 81